L’ataxie au gluten

250

L’ataxie au gluten est l’un des cinq troubles liés au gluten les plus connus.

Même si l’ataxie du gluten n’est pas encore totalement comprise ni même universellement reconnue par la communauté médicale, on sait que les impacts de cette maladie sont considérables.

Explications…

Description de l’ataxie au gluten

L’ataxie au gluten est une maladie auto-immune déclenchée par la consommation de gluten par des personnes génétiquement prédisposées.

Chez ces personnes, les anticorps sont donc libérés lors de la digestion du gluten et attaquent par erreur une partie du cerveau, soit le cervelet. 

Le cervelet est cette partie du cerveau qui est responsable du maintien de l’équilibre et de la posture, de la coordination des mouvements volontaires, de l’apprentissage moteur et des fonctions cognitives

Le cervelet

D’ailleurs, les lésions du cervelet qui touchent les neurones sont irréversibles, car les neurones ne peuvent pas se renouveler comme les cellules de l’intestin ou de la peau par exemple.

Par contre, la plupart des personnes atteintes d’ataxie au gluten verront leur état se stabiliser ou s’améliorer en suivant un régime strict sans gluten, en fonction de la durée de l’ataxie avant le traitement.

C’est pourquoi un diagnostic et un traitement précoces, ainsi qu’un régime alimentaire sans gluten strict peut réduire les symptômes liés à l’ataxie et empêcher sa progression. 

RÉSUMÉ
L’ataxie au gluten est délenchée par la consommation de gluten chez les personnes prédisposées génétiquement. La maladie cause des lésions irréversibles au cervelet, mais l’état des patients peut s’améliorer s’ils suivent un régime sans gluten strict.

Personnes touchées par l’ataxie au gluten

Comme l’ataxie du gluten n’est pas encore une maladie pleinement reconnue, le nombre de cas est difficile à déterminer.

Certains chercheurs estiment que jusqu’à 41 % de toutes les personnes atteintes d’ataxie d’origine inconnue pourraient être atteintes d’ataxie au gluten.

L’ataxie au gluten apparaît généralement de façon insidieuse chez des personnes dont l’âge moyen est de 53 ans. 

L’ataxie au gluten a une prévalence de 15 % parmi toutes les ataxies et de 40 % de toutes les ataxies sporadiques idiopathiques. 

Les personnes atteintes d’ataxie au gluten pourraient aussi souffrir de la maladie cœliaque. 

L’ataxie au gluten peut en effet se développer chez certaines personnes cœliaques non diagnostiquées depuis longtemps ou qui ne suivent pas correctement le régime strict sans gluten.

Symptômes de l’ataxie au gluten

Mais quels sont les symptômes de l’ataxie au gluten? 

Comme cette pathologie touche le cervelet, la personne atteinte d’ataxie peut expérimenter les symptômes suivants :

  • Perte de mouvements précis, comme la capacité d’écrire ou de boutonner une chemise
  • Difficulté à utiliser les doigts, les mains, les bras et/ou les jambes
  • Difficulté à marcher
  • Difficulté à parler
  • Difficulté à bouger les yeux
  • Problèmes de vision
  • Problèmes de coordination ou mauvais équilibre
  • Problèmes de démarche
  • Picotements dans les extrémités des membres 
  • Chutes fréquentes

Au fur et à mesure que les symptômes progressent, certaines personnes peuvent parler comme si elles étaient ivres et d’autres peuvent perdre le contrôle de leurs mouvements oculaires, entre autres.

Le symptôme qui est présent chez tous les patients atteints de l’ataxie au gluten est une atteinte à la marche, et la majorité d’entre eux expérimentent des problèmes avec leurs membres.

Dans 80% des cas, les personnes auront un dysfonctionnement au niveau du regard ou d’autres signes oculaires.  

Par ailleurs, 90% des patients atteints d’ataxie au gluten n’ont pas de symptômes gastro-intestinaux, mais près de 40% des patients présentent une atteinte à l’intestin grêle lors de la biopsie.

Enfin, des études montrent même que 60 % des personnes qui ont reçu un diagnostic d’ataxie du gluten présentent une atrophie au cervelet à l’imagerie par résonance magnétique, même si tous présentent des anomalies dans le vermis, soit la partie médiane du cervelet.

Diagnostic de l’ataxie au gluten

Un des défis auquel font face les patients atteints de l’ataxie au gluten est justement de recevoir un diagnostic, car certains professionnels de la santé ne reconnaissent pas la maladie. En effet, de nombreux médecins ne la testent même pas en raison d’autres formes d’ataxie plus reconnues.

Par contre, plus une personne reçoit un diagnostic précoce, plus ses chances de voir son état se stabiliser, voire s’améliorer, sont élevées.

En ce moment, l’âge moyen pour recevoir un diagnostic est de 53 ans chez les patients présentant une ataxie sans symptômes gastro-intestinaux, tandis que l’âge moyen est de 42 ans chez les patients présentant des symptômes gastro-intestinaux. 

Les méthodes utilisées pour diagnostiquer l’ataxie au gluten sont également relativement nouvelles. 

Les chercheurs recommandent d’utiliser les techniques que les médecins utilisent pour diagnostiquer la maladie cœliaque. 

Ainsi, chez les personnes dont on croit atteint de l’ataxie au gluten, le médecin, grâce à une prise de sang, cherchera les anticorps suivants:

  • IgG et IgA, 
  • Anti-tTG2,
  • Anti-tTG6.

D’ailleurs la recherche d’anticorps anti-tTG6 est importante, car ce sont ces anticorps qui nous indiquent l’atteinte au cervelet.

Les patients présentant des anticorps anti-tTG2 positifs doivent subir une biopsie duodénale.

Tous les patients positifs à l’un de ces anticorps, et ce, qu’importe de résultat à la biopsie, doivent suivre un régime sans gluten strict.

Cela prend entre six à douze mois pour que les anticorps soient éliminés de l’organisme. 

Si l’état du patient s’améliore un an après l’adoption du régime sans gluten strict, cela sera un indicateur fort qu’il souffre d’ataxie au gluten. 

La vie avec l’ataxie au gluten

Comme dit précédemment, seul un régime sans gluten strict peut freiner l’évolution de la maladie et empêcher sa progression.

Références

Close
Simplement Sans Gluten © Copyright 2022. Tous droits réservés.
Close